Extensions pour Firefox : des badges Par Firefox et Vérifié (… pour faire payer les développeurs)

Mozilla ajoute de nouveaux badges pour les extensions de son navigateur Firefox. Des développeurs pourront payer pour l’évaluation de leurs extensions et leur promotion.

Avec les extensions – ou modules complémentaires – pour le navigateur Firefox, il existe un badge Recommandé qui signifie une conformité à des normes plus élevées de Mozilla en matière de sécurité et de performances.

Deux nouveaux badges ont été annoncés avec le portail officiel des modules pour Firefox, ainsi que dans le gestionnaire des modules complémentaires dans le navigateur lui-même. Un badge porte la mention Par Firefox (By Firefox) afin d’indiquer que le module complémentaire en question a été développé par Mozilla. Un autre badge porte la mention Vérifié.

Pour le moment, ce badge Vérifié entre dans le cadre d’un programme pilote débuté en septembre et jusqu’à la fin du mois de novembre. Au final, ce sera un programme payant pour les développeurs d’extensions.

Firefox-addons

» Les extensions vérifiées sont développées par des tiers et sont évaluées pour la sécurité et la conformité aux politiques. Les développeurs d’extensions vérifiées paient des frais pour faire évaluer leur code « , écrit Mozilla.

De telles extensions vérifiées pourront également faire l’objet d’une promotion sur la page d’accueil du portail de Mozilla pour les modules complémentaires et ailleurs.

Lors de l’introduction du programme Promoted Add-ons Pilot, Mozilla a justifié un objectif d’augmenter le nombre d’extensions qui peuvent être évaluées et vérifiées pour la conformité à ses politiques, et pour offrir aux développeurs des options visant à améliorer la découverte de leurs extensions.

Source generation-nt.com

Raspberry Pi 4 et Ubuntu 20.10 : une image Desktop ARM64 sera disponible

On y est ! Ubuntu 20.10 sera la première version de la distribution à être proposée pour Raspberry Pi 4 dans sa déclinaison pour ordinateur de bureau (Desktop). Canonical vient de l’annoncer et organisera un live sur YouTube le 23 octobre prochain.

Canonical ne se rapproche pas que de Microsoft à travers son sous-système Linux. L’entreprise derrière la distribution Ubuntu multiplie depuis des mois les initiatives en faveur du Raspberry Pi. On a désormais droit à la publication d’une image spécifique à chaque nouvelle version, mais uniquement pour l’édition Server.

Linux Desktop sur Raspberry Pi : c’est déjà possible

Certes, il est possible d’installer manuellement une interface graphique et de l’utiliser comme un système pour PC de bureau, mais ce n’est pas exactement la même chose. C’est surtout une façon de faire en retrait avec Raspbian OS ou ce que propose par exemple Manjaro, qui met en ligne des images avec i3, KDE Plasma, Sway ou Xfce.

Nombreux sont ceux qui attendaient qu’Ubuntu fasse un choix similaire. Et si des déclarations ici ou là laissaient penser que c’était imminent, rien n’avait clairement été annoncé dans ce sens. Les dernières sorties publiques de Canonical concernaient surtout le monde de l’entreprise et la mise en place des appliances (qui n’ont pas que des avantages).

La feuille de route diffusée l’année dernière n’évoquait tout simplement pas le sujet.

Canonical confirme, une présentation sera organisée en ligne

Mais un live, qui sera organisé sur YouTube le lendemain de la sortie d’Ubuntu 20.10, le 23 octobre à 18h, vient tout changer. Il s’agit cette fois d’une annonce officielle, qui ne laisse plus place au doute :

« Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la nouvelle image Ubuntu Desktop pour Raspberry Pi. La communauté Ubuntu et Canonical sont fiers d’annoncer que la nouvelle version 20.10 de la distribution apportera l’expérience Ubuntu Desktop complète aux Raspberry Pi 4 de 4 et 8 Go. »

On note que les modèles de 1 et 2 Go semblent exclus, pour des raisons évidentes de confort sur un système complet avec interface graphique, selon la quantité de mémoire disponible. Reste à savoir si l’installation sera tout de même possible. Il y a de grandes chances que ce soit le cas, peut-être avec des avertissement sur les limites d’un tel choix.

Il faudra également se pencher sur la question de l’accélération graphique de l’interface, des scènes 3D ou du contenu vidéo. C’est souvent ce qui pêche sur le Raspberry Pi 4 utilisé comme une machine classique. Des optimisations spécifiques auront-elles été mises en œuvre ? On le découvrira d’ici un peu moins de deux semaines.

Source inpact-hardware.com

LibreOffice 7.0.2 est disponible en téléchargement, bilan

 

The Document Foundation a publié il y a quelques jours un deuxième ensemble de correctifs pour sa suite bureautique LibreOffice. LibreOffice 7.0.2 est disponible sous Windows, Linux et Mac.

Nous sommes dans le cadre d’une maintenance. En clair LibreOffice 7.0.2 est une version mineure avec comme focus des corrections de bugs et des améliorations de performance. Il n’y a pas de nouveauté. Au total pas moins de 130 problèmes ont été corrigés et des améliorations de compatibilité des documents sont promises. Ce dernier point est probablement essentiel car la compatibilité est un élément important.

LibreOffice est considéré comme la « grande » alternative à Microsoft Office. Du coup la prise en charge complète des formats utilisés par Redmond est essentielle.

The Document Foundation souligne

« LibreOffice offre le plus haut niveau de compatibilité dans l’arène des suites bureautiques, à partir de la prise en charge native pour le format OpenDocument (ODF) – avec de meilleures fonctionnalités de sécurité et d’interopérabilité – à une large prise en charge des formats propriétaire. »

LibreOffice, l’alternative à Microsoft Office

Suite bureautique LibreOffice

A noter que s’il est tentant de vouloir installer et exploiter LibreOffice 7.0.2, The Document Foundation précise que cela doit concerner les utilisateurs avancés. Si vous souhaitez l’expérience la plus stable possible il est conseillé de se rabattre sur la version 6.4.6 de la suite bureautique.

En attendant, LibreOffice continue d’évoluer pour tous ceux ne souhaitant pas s’acquitter d’un abonnement pour Office 365 ou l’achat d’une licence Microsoft Office.

Source ginjfo.com

Sortie de Tor Browser 10 : les nouveautés

Et de dix ! Le navigateur sécurisé Tor Browser, développé à partir de Firefox 783esr, est arrivé. L’édition Android basée sur Fenix ne tardera plus. Les détails.

C’est quoi Tor ?

Tor est un réseau décentralisé permettant d’anonymiser l’origine des connexions. Le projet Tor développe un navigateur Web basé sur Firefox. Il s’agit de Tor Browser, un logiciel libre sous licence BSD révisée.

Nouveautés de Tor Browser 10

Le nouveau Tor Browser 10 est disponible pour Linux, Windows et macOS est bas sur Firefox 783esr, avec les mises à niveau de NoScript vers 11.0.44 et de Tor vers la version 0.4.4.5. Sont également présents d’importants correctifs de sécurité de Firefox. Dans cette version, JavaScript est de nouveau contrôlé par NoScript.

Cette nouvelle version n’apporte aucune nouveauté important, mais stabilise le logiciel. C’est d’ailleurs la première version stable de la branche 10 à être basée sur Firefox 78esr. C’est aussi la dernière à supporter CentOS 6. Le système d’exploitation ne sera plus compatible dès la prochaine édition de Tor, 10.5.

Où est Android Tor Browser 10 ?

Android Tor Browser 10 est toujours en cours de développement. En attendant, c’est la version 9.5 qui reste conseillée. Elle est non seulement présente sur Google Play, mais également F-Droid et sous forme d’APK à télécharger pour plusieurs architectures différentes, via la page de téléchargement Android.

La nouvelle version de Tor pour Android sera basée sur le projet Fenix dans les prochaines semaines, dont nous vous parlions dans notre édition du 31 août 2020.

Puis-je utiliser Tor sur un iPhone ou un iPad ?

Oui, la réponse se trouve sur le site officiel du projet :

« Nous recommandons une appli pour iOS appelée Navigateur Onion, qui est à code source ouvert, utilise le routage de Tor et développée par quelqu’un qui collabore étroitement avec le Projet Tor. Cependant, Apple exige que sur iOS, les navigateurs utilisent quelque chose appelé « Webkit » qui empêche au Navigateur Onion de proposer la même protection de la confidentialité et des données personnelles que le Navigateur Tor. »

Télécharger Tor Browser 10

Pour télécharger Tor Browser, rendez-vous sur cette page. Les versions Linux, Windows et macOS y sont proposées, ainsi que l’édition Android.

Site officiel (en français).

Source toolinux.com

Firefox 81 est disponible en téléchargement, quoi de neuf ?

Mozilla déploie une nouvelle version de Firefox, Firefox 81. Le navigateur est disponible pour différents environnements dont Linux, macOS et Windows.

Firefox 81 introduit plusieurs améliorations. L’une des plus importantes concerne l’interface avec un nouveau thème. Nommé Alpenglow, il ne vise pas un système d’exploitation en particulier. Son activation demande une petite intervention manuelle. Il est nécessaire de l’activer manuellement à partir de l’écran des Paramètres. A son sujet Mozilla déclare

“En plus de nos thèmes par défaut, sombre et clair, Firefox 81 introduit le thème Alpenglow: une apparence colorée pour les boutons, les menus et les fenêtres. Vous pouvez mettre à jour vos thèmes Firefox sous paramètres ou préférences.”

Le navigateur continue de proposer des modes sombre et clair tout en pouvant s’actualiser en fonction du paramétrage du système. Par exemple sous Windows 10 si le mode sombre est activé, Firefox se calibre automatiquement avec le même mode.

Firefox 81, des nouveautés

Navigateur Firefox 81 de Mozilla

En parallèle un contrôle de la lecture audio à l’aide du clavier ou du casque, même si l’ordinateur est verrouillé est annoncé.  Il ne s’agit pas vraiment de nouveautés car d’autres navigateurs disposent d’une fonctionnalité similaire. Il s’agit d’une sorte de petite remise à niveau sur ce point.

Mozilla précise

“Vous pouvez faire une pause et lire de l’audio ou de la vidéo dans Firefox directement depuis votre clavier ou votre casque, ce qui vous donne un accès facile au contrôle de vos médias lorsqu’il se trouve dans un autre onglet Firefox, un autre programme ou même lorsque votre ordinateur est verrouillé.”

Le module de lecture PDF profite de son coté d’un nouveau look. Mozilla travaille également sur des mises à jour plus importantes. De manière générale, elles permettront d’enrichir les possibilités du navigateur dans ce domaine. Cela comprend par exemple le remplissage, l’impression et l’enregistrement des formulaires PDF.

Des améliorations autour de la fonction Pocket sont aussi proposées. Les utilisateurs aux Etats Unis et au Canada ont accès à un gestionnaire de carte de crédits. Il permet de remplir automatiquement certains champs lors d’achats en ligne. Là encore ce n’est pas vraiment une nouveauté. D’autres navigateurs disposent déjà d’une telle fonctionnalité.

A tout ceci s’ajoute un tas de correctifs de sécurité, d’autres améliorations et la prise en charge de nouveaux éléments comme les formats XML, SVG et WEBP. Il est donc possible d’ouvrir ces documents directement dans le navigateur sans avoir besoin de télécharger une application dédiée.

Source ginjfo.com

C’est la fin de Firefox Send (et de Firefox Notes)

Le service d’envoi de fichiers volumineux développé par Mozilla était suspendu depuis le mois de juillet, car il aurait servi à véhiculer des fichiers indésirables. La version renforcée de Firefox Send ne verra pas le jour. Le projet est abandonné (et il n’est pas le seul).

 

Au début de l’été dernier, le site d’actualité américain ZDNet n’a pas ménagé la Fondation Mozilla, la soumettant à une série d’interrogations sur des utilisations détournées et malintentionnées du service d’hébergement de fichiers, lancé l’an dernier sous la marque Firefox Send. Suspendu à la suite de cette interpellation, il n’aura pas survécu à la tempête et vient de s’échouer en pleine restructuration de Mozilla.

Firefox Send utilisé par des hackers

À son insu, Send aurait servi à véhiculer une série de logiciels espions, rançongiciels et autres trojans. Auraient ainsi circulé des noms aussi sordides (vu les conséquences pour les utilisateurs) qu’IN7, REVil (Sodinokibi), Ursnif (Dreambot) ou encore Zloader.

Lancé comme un outil de partage de fichiers lourds sécurisé, Firefox Send accusait quelques lacunes : les fichiers pouvaient être envoyés de manière anonyme, sans contrôle par des logiciels sécuritaires. Aucun moyen n’avait été mis en place pour signaler des utilisations malveillantes. Bref, la monture devait être revue.

Face au problème, la réaction de Mozilla a pourtant été radicale : Firefox Send était suspendu jusqu’à nouvel ordre. La page du projet vient carrément d’être supprimée et renvoie vers la page d’accueil. Rien d’anormal à cela : Firefox Send avait été lancé dans le cadre du programme Firefox Test Pilot et pouvait, à tout moment, être arrêté.

Firefox Notes passe aussi à la trappe

Le plan de licenciement annoncé en janvier dernier a été suivi d’une deuxième vague d’annonces en août.

Ce ne sont pas les seules décisions fortes prises dans le cadre de la restructuration de la Fondation Mozilla. Firefox Notes est lui aussi abandonné. L’application de prise de notes avec synchronisation sécurisée est sera sacrifiée.

Les utilisateurs bénéficient toutefois d’une période de transition : l’extension va continuer de fonctionner jusqu’à nouvel ordre, avec une option permettant d’exporter ses notes et de les héberger auprès d’autres services en ligne. Elle ne sera toutefois plus maintenue par l’équipe de développement de Mozilla.

Source toolinux.com

Firefox se dotera bientôt d’une sécurité contre le « drive-by download »

Firefox, le navigateur de Mozilla, se dotera d’une nouvelle fonction de sécurité sur Firefox en octobre. Celle-ci doit protéger ses utilisateurs contre le « drive-by download » et tous les désagréments qui en découlent.

Mozilla vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle fonction de sécurité sur Firefox pour octobre. Celle-ci rendra plus difficile pour les pages web malveillantes de lancer des téléchargements automatiques et de placer des fichiers contenant des logiciels malveillants sur l’ordinateur d’un utilisateur. Appelé « drive-by download », ce type d’attaque existe depuis deux décennies et se produit généralement lorsque les utilisateurs visitent un site web qui contient un code malveillant placé là par un attaquant.

Le rôle du code malveillant est d’abuser des fonctionnalités légitimes des navigateurs et des normes web pour lancer un téléchargement automatique de fichiers ou une invite de téléchargement, dans l’espoir de tromper l’utilisateur et de l’amener à exécuter un fichier malveillant. Il existe de multiples formes de téléchargements « drive-by », selon la fonction du navigateur que les attaquants décident d’utiliser.

Les navigateurs tels que Chrome, Firefox et Internet Explorer ont, au fil des ans, progressivement déployé diverses formes de protection contre les téléchargements automatiques, mais une protection à 100 % ne peut pas être totalement réalisée, parce que les fabricants des navigateurs ne peuvent pas bloquer totalement les fonctionnalités web légitimes, et aussi en raison du paysage changeant des cyberattaques, les attaquants trouvant toujours un nouveau trou à percer.

Source : zdnet.com

Le nouveau Firefox pour Android est arrivé (et il fait débat)

Firefox Daylight est là. Lancée le 27 août dernier, la dernière version du navigateur Firefox pour Android adopte une nouvelle interface, qui en déstabilise plus d’un. Voici ce qui change.

Les utilisateurs de la version de développement, Firefox Preview, ne seront pas vraiment dépaysés. Pour les autres, Firefox pour Android adopte sa nouvelle interface depuis quelques jours… et c’est un solide changement qui s’impose à eux.

Ces nouveautés ne sont pas goût de toute le monde. La preuve ? Ces nombreux commentaires postés sur le Play Store : « Je ne trouve plus rien, naviguer dans les onglets est super compliqué » ou encore « cette nouvelle mise à jour est déplorable. Pas du tout pratique« .

Tout changement impose du temps et de la patience, mais la Fondation tient à rassurer ses utilisateurs : tout a été révisé à l’intérieur pour de meilleures performances, une rapidité accrue et des outils de protection à jour.

Firefox for Android « Daylight » : ce qui change

La nouvelle version du navigateur Firefox pour Android introduit une nouvelle interface utilisateur, de nouvelles options de personnalisation et de sécurité et des changements en profondeur dans le code de l’application.

Les nouveautés en résumé :

Passage au moteur GeckoView ;
Possibilité de placer la barre de recherche en haut ou en bas de l’application ;
Protection contre la fraude et le pistage, activée par défaut, avec une reconnaissance de plus de 2.000 traqueurs en ligne ;
Des collections pour les onglets avec la technologie Pocket ;
Le choix du mode sombre ou clair ;
Plusieurs choix de moteur de recherche ;
Incrustation vidéo native ;
Installation de modules d’extension complémentaires (plugins, greffons) depuis l’application ;

La Fondation Mozilla a publié une vidéo en français pour expliquer ces changements :

Firefox peut être téléchargé depuis le Play Store de Google ou encore APK Pure pour ceux qui ne disposent pas des services Google sur leur smartphone. Cette version ne se trouve pas sur F-Droid, où vous pourrez tout de même trouver Fennec et Klar.

Firefox pour Android (Google Play Store)
FAQ et assistance

Source toolinux.com

Firefox chiffre désormais les requêtes DNS, voici comment l’activer

Firefox propose désormais le DNS over HTTPS, un protocole qui remplace le DNS classique pour réduire le risque d’interception de vos données personnelles de navigation. La fonctionnalité est dorénavant activée par défaut – Mozilla explique que ce sera à terme le cas dans plus de pays. Il est néanmoins possible d’activer manuellement le DNS over HTTPS dans Firefox si vous souhaitez renforcer la sécurité de vos données.

DNS over HTTPS est un nom vraiment barbare pour décrire finalement quelque chose d’assez simple. Lorsque vous entrez une adresse web dans votre navigateur ou cliquez sur un lien, le nom de domaine et ses sous-domaines sont transformés en une adresse IP par le serveur DNS. Ce dernier peut être celui de votre fournisseur d’accès internet ou un fournisseur tiers – que vous avez paramétré sur votre routeur ou sur votre machine. Ainsi, l’adresse http://www.phonandroid.com est transformée en 104.25.191.29 sans que vous ne vous en rendiez compte, une fraction de seconde avant que la page d’accueil de notre site commence à se charger.

Les DNS classiques ne sont pas sécurisés

Cette adresse IP n’est normalement pas visible dans la barre d’adresse – mais vous pouvez tout à fait remplacer si vous le désirez https://www.phonandroid.com/ par https://104.25.191.29/ sans que cela ne fasse la moindre différence dans le chargement de la page. Or, il y a tout de même un problème côté sécurité. Notre site est en HTTPS, ce qui signifie que le trafic qui transite entre nos serveurs et votre machine est en permanence chiffré. Il est donc a priori très difficile pour un acteur malveillant de savoir quelles pages vous visitez sur notre site. Sauf qu’en réalité, ce n’est pas le cas, à cause de vos serveurs DNS.

Dès que vous cliquez sur un lien, la requête est en effet transmise en clair au premier serveur DNS configuré disponible sur votre machine. Ainsi il devient possible pour un pirate d’intercepter ces requêtes et donc connaitre toutes les pages que vous avez visitées sur internet. En activant le protocole DNS over HTTPS Firefox vous permet de chiffrer toutes ces requêtes via HTTPS et donc de rendre toute attaque ou interception presque impossible. Mozilla explique dans un billet de blog : « A la création d’internet, ce genre de menaces envers la vie privée et sécurité des gens était connu, mais n’était pas encore exploité ».

Et Mozilla d’ajouter : « On sait aujourd’hui que les DNS en clair sont non seulement vulnérables à l’espionnage mais sont aussi activement exploités, c’est pourquoi nous aidons internet à passer à des alternatives plus sécurisées ». Le DNS over HTTPS permet selon Mozilla de « d’empêcher des attaquants sur le même réseau de voir votre historique de recherche, d’aider à prévenir la collecte de données par des tiers […] qui lient votre ordinateur aux sites que vous visitez ».

La fonctionnalité est désormais activée par défaut sur le navigateur, mais uniquement aux Etats-Unis. Mozilla explique néanmoins réfléchir à une mesure similaire sur d’autres marchés (dont peut-être la France).

Il est néanmoins possible d’activer dès maintenant le DNS over HTTPS dans Firefox :

Comment activer dès maintenant le DNS over HTTPS dans Firefox

Pour cela :

  • Ouvrez Firefox (et mettez-le à jour si nécessaire)
  • Allez dans le menu « hamburger » (≡) en haut à droite
  • Allez dans Préférences
  • Descendez tout en bas de la page de l’onglet Général
  • Dans la section Paramètres réseau cliquez sur Paramètres…
  • Descendez tout en bas de la page
  • Cochez la case Activer le DNS over HTTPS
  • Dans la liste Utiliser le fournisseur, choisissez CloudflareNextDNS, ou un fournisseur personnalisé *
  • Cliquez sur OK

Source  mozilla

Protection renforcée contre le pistage dans Firefox

Début août, Mozilla annonçait la version 2.0 de la Protection renforcée contre le pistage (ETP). Elle est intégrée directement à Firefox 79, sur Windows, Linux et macOS.

L’an dernier, la Protection renforcée contre le pistage a été activée par défaut dans Firefox. Depuis lors, Firefox aurait bloqué rien moins que… 3,4 trillions de cookies de suivi. Il fallait s’en douter, le secteur de la publicité a trouvé « d’autres façons de pister les internautes en créant des solutions alternatives et de nouveaux moyens pour collecter les données« .

Le 4 août dernier, Firefox a donc officialisé la version 2.0 de cette technologie baptisée ETP, destinée à offrir une « expérience de navigation sécurisée et privée« . Le déploiement de cette nouvelle version est en cours.

Quoi de neuf dans ETP version 2 ?

Mozilla explique que cette nouvelle version protège les internautes « contre une technique de suivi avancée appelée pistage par redirection, également appelée pistage par rebond« .

« Avec la version 2.0, les utilisateurs et utilisatrices de Firefox seront désormais protégés contre ces méthodes puisque les cookies et les données des sites provenant de ces traqueurs seront vérifiés et supprimés chaque jour. La nouvelle version empêche les traqueurs identifiés d’avoir accès à vos informations, même ceux des sites que vous avez visités par inadvertance. ETP 2.0 supprime les cookies et les données des sites de pistage toutes les 24 heures. »

Blog dédié à la sécurité de Firefox

Source toolinux.com

Mozilla va lancer un VPN « dans les prochaines semaines »

Le VPN de Mozilla sortira de sa version bêta cet été. Et un client pour Mac devrait suivre. Actuellement, l’outil n’est disponible que pour Windows, Android, iOS et l’extension Firefox.

Mozilla vient d’annoncer que son très attendu service VPN (réseau privé virtuel) sera lancé cet été, c’est à dire « dans les prochaines semaines ». Le produit a également été rebaptisé, de « Firefox Private Network » à « Mozilla VPN ».

Ce changement de nom intervient après que Mozilla a développé son produit VPN à partir de l’extension initiale de Firefox vers un VPN complet, capable d’acheminer le trafic pour l’ensemble du système d’exploitation, y compris les autres navigateurs. Actuellement, le VPN de Mozilla propose des clients pour les appareils sous Windows 10, Android, iOS et des Chromebook.

Mozilla a déclaré que les bêta-testeurs ont également demandé un client Mac, qui est dans les tuyaux, ainsi qu’une application pour Linux.

Mozilla VPN – Client Windows 10

mozilla-vpn-popup.png

Mozilla VPN – Extension pour le navigateur Firefox

Lorsque le VPN de Mozilla sortira de sa phase bêta, le service sera dans un premier temps accessible aux utilisateurs américains uniquement. Néanmoins, Mozilla prévoit de lancer son VPN dans d’autres régions d’ici la fin de l’année. En ce qui concerne les frais mensuels, le fabricant du navigateur a déclaré qu’il « continuera à offrir le VPN Mozilla au prix actuel pour une durée limitée, ce qui vous permet de protéger jusqu’à cinq appareils sur Windows, Android et iOS à 4,99 $/mois ».

Utilisateurs de plus de 200 sur la liste d’attente

La toute première version du VPN de Mozilla a été lancé l’année dernière, en septembre. La version bêta n’était disponible que pour les résidents américains, mais Mozilla a indiqué que des utilisateurs de plus de 200 pays s’étaient inscrits sur sa liste d’attente. Sous le capot, Mozilla a déclaré que son VPN fonctionne en routant le trafic web à travers un réseau de proxies de confiance. L’extension du navigateur VPN utilise des serveurs Cloudflare, tandis que le VPN complet utilise des serveurs Mullvad et le protocole VPN open source WireGuard – ajouté au début de l’année au noyau Linux.

Depuis le lancement du service en bêta l’année dernière, Mozilla a dû faire face à une foule de questions sur la façon dont le service fonctionnera. Le fabricant du navigateur a mis en place une FAQ détaillée et des pages d’assistance pour l’extension du navigateur et le produit VPN complet où les utilisateurs peuvent obtenir des réponses.

Source : zdnet.com

Hambourg veut plus de logiciels libres dans son administration

La nouvelle coalition au pouvoir dans cette ville du Nord de l’Allemagne entend privilégier le recours aux logiciels libres. Une initiative saluée la FSFE, mais avec quelques réserves.

À Hambourg, la coalition SPD/Grünen (socio-démocrates et écologistes) ont signé un accord de législature où le pouvoir en place entend donner une place prépondérante au logiciel libre.

L’accord de coalition – traitant du logiciel libre – est d’ailleurs disponible en ligne (en allemand). On y apprend par exemple que « partout où cela fera du sens, la coopération avec d’autres niveaux de pouvoirs et administrations sera établie« .

Souveraineté, indépendance et collaboration

La décision prise par les autorités locales de donner la préférence au logiciel libre revêt un triple objectif :

Assurer la souveraineté de Hambourg ;
Diminuer la dépendance aux fournisseurs tiers ;
Assurer la transparence.

La Free Software Foundation Europe se réjouit des déclarations d’intention, mais se montre encore attentiste : à la lecture de l’accord de gouvernement, des zones d’ombre subsisteraient autour de « la protection de certains éditeurs et vendeurs de logiciels propriétaires« . Alexander Sander, le Policy Manager de la FSFE, précise : « Nous allons surveiller la mise en place du programme et nous assurer que le code créé avec de l’argent public soit accessible aux citoyens« .

Source : FSFE, Public Code

Les eurodéputés votent un amendement en faveur du logiciel libre au Parlement

Le Parlement européen recommande que tout logiciel développé pour lui soit mis sous licence libre.

Parmi les motifs du déménagement de la fondation Eclipse, qui quitte les Etats-Unis pour s’installer à Bruxelles, il y a le sentiment que «l’Europe aime beaucoup, et de plus en plus, l’open source», nous expliquait récemment Gaël Blondelle, qui dirige l’équipe européenne de la fondation. Et cela tant côté entreprises qu’institutions, d’où le choix de la capitale de l’Union.

«Valeur ajoutée des logiciels libres et ouverts»

Ce soutien au Libre se vérifie, dans le secteur public, par la résolution qu’a votée le 15 mai le Parlement européen, dans un rapport de décharge budgétaire, vote rapporté sur Linuxfr par Stéfane Fermigier (coprésident du CNLL, Union des Entreprises du Logiciel Libre et du Numérique Ouvert).

Le texte adopté par les eurodéputés recommande «vivement» de libérer tout logiciel développé pour le Parlement. Il est indiqué (point 49 de la résolution):

[Le Parlement] «reconnaît la valeur ajoutée que les logiciels libres et ouverts peuvent apporter au Parlement; souligne en particulier leur rôle dans l’amélioration de la transparence et dans la prévention des effets de blocage des fournisseurs; reconnaît également leur potentiel en matière d’amélioration de la sécurité étant donné qu’ils permettent de relever et de corriger les faiblesses; recommande vivement que tout logiciel développé pour l’institution soit rendu public sous licence de logiciel libre et ouvert.»

Open data et réseaux sociaux open source

Juste avant, le même texte (point 48) prône l’open data avec des formats ouverts:

[Le parlement] «reconnaît que la production de données publiques sous un format ouvert, lisible par machine, facilement accessible et réutilisable offre de grandes possibilités tant pour la transparence envers le public que pour l’innovation ; salue les initiatives en cours visant à créer et à convertir une partie de ses données qui revêtent un intérêt pour le public sous ce format ; souligne la nécessité d’adopter une approche plus conviviale, systématique et coordonnée pour de telles initiatives, dans le cadre d’une politique bien définie des données ouvertes du Parlement.»

Le point 79 de la résolution prône quant à lui l’usage de réseaux sociaux open source et autohébergés:

Le Parlement «prend acte en outre de l’amélioration substantielle de l’utilisation des réseaux sociaux par le Parlement et encourage en outre l’utilisation de plateformes de réseaux sociaux open source gratuites et autohébergées, qui accordent une attention particulière à la protection des données des utilisateurs; prend acte par ailleurs des actions destinées à informer des activités de l’Union et prie instamment le Parlement d’intensifier ses activités sur les réseaux sociaux afin de diffuser les résultats de ses travaux auprès des citoyens de l’Union.»

Stéfane Fermigier précise que c’est l’eurodéputé tchèque et vice-président du Parlement européen Marcel Kolaja, du Parti pirate européen, qui est à l’origine de ces amendements.

Source zdnet.fr

Pré-ouverture du service visio.chapril.org

Avec François, nous avons le plaisir de vous annoncer la pré-ouverture
du service visio.chapril.org, un service pour faire de la
visioconférence \o/

C’est une instance Jitsi Meet, un produit déjà connu et disposant d’une
offre riche en ce moment. Mais combien en restera-t-il dans 2 mois ?
D’où l’intérêt de proposer le service au sein du Chapril.

Donc, testez, testez et testez encore. Pour faire des retours :

visio-support@chapril.org ;
chapril@april.org ;
https://agir.april.org/projects/visio-chapril-org/issues

À vos tests, prêts, partez !

Chaprilement,

Christian (Cpm).