Le Chapril offre deux nouveaux services libres en ligne

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le Chapril compte deux nouveaux services libres en ligne et accessibles à tout le monde :

Service drop.chapril.org
Le service drop.chapril.org permet de partager des fichiers rapidement et simplement. Vos fichiers sont chiffrés sur votre navigateur donc la confidentialité de vos données est maximale.

 

valise.chapril.org
Service valise.chapril.org

Le service valise.chapril.org permet de partager des fichiers, de synchroniser des agendas et des contacts depuis votre téléphone, etc. Rapidement et simplement.

Bravo et merci à Romain et Laurent, les animateurs de ces nouveaux services. Si vous aussi voulez déployer et animer un service Chapril, venez nous le dire sur la liste chapril@april.org.

Pour rappel, le Chapril est une plateforme de l’April qui met à disposition de tout le monde des services libres en ligne. Ouvert en 2018, le Chapril se fait en tant que membre du projet CHATONS (Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires) lancé par Framasoft.

Venez découvrir tous les services du Chapril :
Découvrez les services du Chapril

Source april .org

Apéro du Libre les 20 ans de l’April

L’association CercLL vous donne rendez-vous pour Apéro du Libre.

On fête les 20 ans de l’April, vendredi 9 décembre 2016 à partir de 18h 30, à la Bo@te 35 rue de la Paix Marcel Paul 13001 Marseille.

Magali Garnero, administratrice de lApril, vous présentera les dernières actions de l’association puis vous pourrez vous promenez le long des panneaux de l’Expolibre, une exposition qui présente les logiciels libres au grand public.

Les Apéros du Libre sont des rencontres conviviales autour d’un verre, pour discuter, échanger et parfois troller entre utilisateurs et curieux de logiciels et culture libres.

Entrée Libre.Tout Public.

Plan d’accés

Le personnel de la Culture, nouvelle victime des relations privilégiées entre Microsoft et l’État français ?

Le site BFM business a eu connaissance d’une lettre interne de Mme la ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, destinée au personnel de son ministère, signifiant, entre autres, sa volonté d’investir deux millions d’euros « pour améliorer la bureautique et les systèmes d’information relatifs aux ressources humaines pour qu’enfin, tout le monde travaille avec les mêmes logiciels ».

Cette intention est parfaitement légitime et louable : une telle enveloppe, en partie investie dans un projet collaboratif et libre tel que LibreOffice1, quatre ans après la circulaire du Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur l’usage des logiciels libres et un mois après la promulgation d’une loi « encourageant » l’usage du logiciel libre, serait une décision raisonnable, avisée et cohérente.

Seulement, selon la source de BFM business, le choix du ministère de la Culture serait de basculer l’ensemble de la bureautique sous Microsoft Office. Cette décision constituerait un revirement de la stratégie bureautique au sein de ce ministère. Décision atterrante, notamment pour la grande majorité d’agents qui utilisent depuis des années une suite bureautique libre. Mais décision qui serait conforme aux relations privilégiées que l’État entretient avec la firme américaine. Ainsi, après la Défense avec l’Open Bar, l’Éducation nationale avec un très discutable partenariat, Microsoft s’offrirait-t-elle la Culture ?

Nous souhaitons donc que Madame la Ministre s’exprime rapidement sur le sujet. Si cette information s’avére exacte, nous sommes curieux de connaître le contenu de l’appel d’offres, toujours pas diffusé au bulletin officiel des annonces des marchés publics ce mardi 8 novembre, ou à défaut le nouveau tour de passe-passe trouvé par Microsoft et l’État pour contourner, encore une fois, le code des marchés publics.

Source april.org